Blog Arts

Sabine Weiss : entre éclats de tendresse et fragments de malice

Laëtitia Bartholome-The 3 Nines Arts 
Sabine Weiss pour Gilles Dacquin


Figure de proue de la photographie humaniste, dont elle demeure une des fondatrices et la dernière représentante, la "petite abeille" incarne, très certainement, malgré son indicible et intime discrétion, l'une des plus talentueuses photographes encore en vie en 2018.
A 94 ans aujourd'hui, cette grande dame qui est parvenue à capter pendant plus de 75 ans, l'essentiel chez l'homme et a toujours refusé l'appellation d'artiste au profit de celui d'artisan ou de simple témoin, ne photographie plus.

Femme photographe : un métier, sa passion.

Sabine Weiss reste une femme à l'éthique irréprochable dont le seul credo est qu'"il faut témoigner, dire, montrer que l'on ne vit pas de richesses matérielles." Car, elle l'a toujours humblement revendiqué : "Je ne suis pas une artiste, pas moi, d'autres oui, mais pas moi, ceux qui créent oui, mais pas moi."
Depuis l'âge de 8 ans, cette suissesse "plus visuelle qu'intellectuelle", a décidé de faire de la photographie, non seulement son métier, mais encore son mode d'expression par excellence, optant dès 1946, pour la lumière naturelle comme véritable "source d'émotion".
Pour elle, déjà, "le photographe est lié à l'instant, cet instant fugitif et merveilleux qu'il faut saisir tout en composant l'impact visuel de la photographie."
En 1950, elle devient photographe indépendante, en même temps qu'elle adopte la nationalité française. Désormais, elle vivra de son art.
Insatiable boulimique de travail, éclectique et d'une curiosité expérimentale dans l'approche de son médium, elle va en explorer les multiples facettes. "Chaque sujet nécessite une technique différente." confie-t-elle.
Ainsi, elle s'essaie à la photographie de mode, à la publicité, au portrait comme au reportage, œuvre pour la presse illustrée nationale et internationale et sillonnera le monde entier en tant que photojournaliste pendant près de 50 ans. "J'ai photographié tous les domaines. Je ne disais jamais non."
C'est par l'entremise de Robert Doisneau qu'elle intègre l'agence Rapho en 1952 alors même qu'elle signe un contrat avec le magazine Vogue.

La condition humaine : fil rouge d'un parcours exemplaire

Mais ce qui ressort comme une évidence de son œuvre, c'est cet altruisme qui la fonde et dans lequel elle semble se confondre : "J'ai toujours été captivée par la sensibilité des gens." dira-t-elle, "mes photos expriment un certain amour que j'ai pour la vie." Elle le reconnaît, l'humain m'émeut, la séduit, l'interroge, la subjugue, l'interpelle, la saisit, la dépasse.
C'est donc toujours pudiquement, sans emphase ni dans la moindre quête de sensationnel, qu'elle part à la recherche de la vérité des êtres, des lieux et des choses. Car, "il ne s'agit pas d'aimer bien, il faut être ému. L'amour des gens, c'est beau... C'est grave, il y a une profondeur terrible. Il faut dépasser l'anecdote, dégager le calme, le recueillement."
Reconnue pour une humanité sans faille, attentive, bienveillante et complice, Sabine Weiss n'a eu de cesse de traquer des instants de vie, capturer l'homme dans ses moindres gestes, attitudes, conditions de vie, nous offrant à contempler des émotions brutes : joie, tristesse, peur, étonnement...
Elle capte ainsi, de manière inouïe, l'intérieur des êtres sans que jamais une seule de ses photos soit posée. "Ce qui m'intéresse, c'est l'homme, et de montrer ce qu'il a en lui et le faire apparaître dans une photo très simple."
Le naturel, rien que le naturel, et le partage consenti dans son rapport à l'autre. Elle aime tout autant photographier la pureté d'un enfant que l'atmosphère d'une ville ou la douceur d'une nature morte.

Un art de vivre sensible et poétique.

"J'aime beaucoup ce dialogue constant entre moi, mon appareil et mon sujet, ce qui me différencie de certains autres photographes qui ne cherchent pas ce dialogue et qui préfèrent se distancer de leur sujet."
C'est donc avec sobriété, simplicité, presque de manière confidentielle que l'art photographique propre à Sabine Weiss éclaire, éclate et illumine. Son œuvre est empreinte d'une petite musique, litanie poétique et sensible.
Car, pour elle, il demeure primordial d'"apprendre à voir les détails les plus simples (.) Le détail qui exprime l'ensemble. Le petit geste qui explique le mouvement. Le fléchissement du doigt qui suggère l'état d'âme. L'expression de l'individu qui parle de la foule. L'infiniment petit qui raconte le grand. Le regard de l'autre qui dit son angoisse ou sa joie. "
Dès lors, elle pose son regard sur des regards qu'elle traque, révélant l'humain dans sa grandeur et sa petitesse, au travers d'un sourire malicieux, d'un geste aimant, d'une émotion furtive, frêle ou fugace. "En illuminant, en révélant la poésie posée au cœur de ses semblables, Sabine Weiss redonne une présence au monde, une patrie à ses semblables, ses frères. Son œuvre est un voyage vers toutes les lignes du monde, au-delà des apparences et du raisonnable. Tout frissonne de tendresse dans ses clichés, il passe un vent d'empathie, des caresses de femme qui remplissent une vie. " dira d'elle l'écrivain Gil Pressnitzer. Il rajoutera cette superbe déclaration qui, à elle seule, résume et condense tout l'art et la portée humaine de Sabine Weiss : "On se souvient de ses photos comme on se souvient des mots murmurés. Une célébration des vertiges des gens qui passent, des rêves d'enfants, émane comme des ballons s'envolant dans une lumière de printemps de ses images. Alors s'entrouvrent bien des recoins cachés de l'humanité."
Une grande photographe. Une belle personne.


Sources

Site officiel : https://sabineweissphotographe.com/

Portfolio. Sabine Weiss, interview de Karolina Ziebinska-Lewandowska dans Le Monde de la photo, hors-série n°36 de juillet 2018.

100 photos de Sabine Weiss pour la liberté de la presse par Reporters sans frontières en décembre 2007

Sur le net :

Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sabine_Weiss

La voie humaniste de Sabine Weiss par Julien Bordier dans L'Express du 8 juillet 2018 : https://www.lexpress.fr/culture/art/la-voie-humaniste-de-sabine-weiss_2020840.html

Sabine Weiss : «La leçon des grands photographes ne m'intéressait pas» par Valérie Duponchelle dans Le Figaro du 24 juin 2018 : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2018/06/24/03015-20180624ARTFIG00123-sabine-weiss-la-lecon-des-grands-photographes-ne-m-interessait-pas.php
Le Musée de l'Elysée accueille les archives de Sabine Weiss par Valérie Duponchelle dans Le Figaro du 16 juin 2017 : http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2017/06/16/03015-20170616ARTFIG00014-le-musee-de-l-elysee-accueille-les-archives-de-sabine-weiss.php
Portrait. Sabine Weiss, les yeux doux par Clémentine Mercier dans Libération du 29 juin 2016 : https://next.liberation.fr/images/2016/06/29/sabine-weiss-les-yeux-doux_1462918

Sabine Weiss : "La photo humaniste, c'est quoi ? Une photo avec des humains ?" par Frédérique Chapuis dans Télérama le 25 juin 2016 : https://www.telerama.fr/sortir/sabine-weiss-la-photo-humaniste-c-est-quoi-une-photo-avec-des-humains,144312.php

Portrait. Sabine Weiss : photographe par Christine Coste dans Le Journal des arts du 8 juin 2016 : https://www.lejournaldesarts.fr/creation/sabine-weiss-photographe-129283

Le grand angle de Sabine Weiss par Aurélie Raya dans Paris Match du 14 novembre 2014 : https://www.parismatch.com/Culture/Art/Le-grand-angle-de-Sabine-Weiss-Francoise-Huguier-650956

Des œuvres d'art accessibles :

Artnet : http://www.artnet.fr/artistes/sabine-weiss/

Artsper : https://www.artsper.com/fr/artistes-contemporains/suisse/3729/sabine-weiss





Distinctions :

Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres en 1987

Officier des Arts et des Lettres en 1999

Chevalier de la Légion d'honneur en 2010

Bibliographie (morceaux choisis)

Années 1980
Intimes convictions, par Claude Nori, Éditions Contrejour, France, 1989
Années 1990
Giacometti, Éditions Fata Morgana, 1997
Des enfants, texte de Marie Nimier, Éditions Hazan, 1997
Années 2000
Sabine Weiss soixante ans de photographie, par Jean Vautrin et Sabine Weiss aux Éditions de La Martinière, 2003
Musiciens des villes et des campagnes, par Sabine Weiss, Gabriel Bauret et Ingrid Jurzak (Filigranes Editions), 2006

Années 2010
Sabine Weiss, co-édition Jeu de Paume / La Martinière, préface de Marta Gili, texte de Virginie Chardin, juin 2016
Les prochaines expositions de Sabine Weiss
« Les voyages de Sabine Weiss »
Du 8 novembre 2018 au 12 janvier 2019, Maison des Arts du Léman
Vernissage, rencontre et projection avec Sabine Weiss jeudi 22 novembre à 18h30 au Théâtre Maurice Novarina, 4 bis avenue d'Evian, 74200 Thonon-les-bains
Paris photo 2018 : Tom Arndt, John Baldessari, Harry Callahan, Hervé Guibert, Ernst Haas, Rodolf Hervé, Bernhard Hosa, Ray K. Metzker, Marvin E. Newman, Aaron Siskind, Val Telberg, Weegee, Sabine Weiss, Bruce Wrighton
8 - 11 Novembre 2018
Les prochaines rencontres et signatures avec Sabine Weiss
Vendredi 9 novembre 2018 à 16h au Grand Palais, avenue Winston Churchill, 75008 Paris
Samedi 10 novembre 2018 à 17h30 au Grand Palais, avenue Winston Churchill, 75008 Paris

Sabine Weiss: between tenderness explosions and fragments of mischief 

By Laëtitia Bartholome-The 3 Nines Arts

Figurehead of humanistic photography, which remains one of the founders and the last representative, the "little bee" embodies, certainly, despite his indescribable and intimate discretion, one of the most talented photographers still alive in 2018.
A 94 years old today, this great lady who managed to capture for more than 75 years, mostly in humans and has refused the artist designation for the benefit of the artisan or single witness, not photography.

Female photographer: a job, his passion.

Sabine Weiss remains a woman irreproachable ethics whose only credo is that "there must testify, say, show that we saw no material wealth." Because it has always humbly claimed: "I am not an artist, not me, others yes, but not me, those who create, yes, but not me."
Since the age of 8 years, this Swiss woman "more visual and intellectual", decided to make photography not only his job, but his mode of expression par excellence, opting in 1946 for natural light as real "source of emotion."
For her already, "the photographer is linked to the moment, that fleeting and wonderful moment that must be seized while composing the visual impact of photography."
In 1950, she became a freelance photographer, while it adopts the French nationality. Now she lives her art.
Insatiable workaholic, eclectic and experimental curiosity in the approach to his medium, it will explore its many facets. "Each subject requires a different technique." She says.
So she tries to fashion photography, advertising, portrait as reportage, works for national and international illustrated press and will travel the world as a photojournalist for nearly 50 years. "I photographed everything. I never said no."
It is through Robert Doisneau it integrates the Rapho agency in 1952 even as it signed a contract with Vogue magazine.

The human condition: a red thread exemplary career

But what stands as an evidence of his work is that altruism which founded and in which it seems to merge: "I have always been captivated by the sensitivity of the people." She says, "my photographs express a love I have for life." It recognizes the human moves me, seduces, questions, subjugates, calls out, seized the excess.
It is always discreetly, without emphasis or in any quest for sensational, she goes in search of the truth of beings, places and things. Because "it is not good to love, it must be moved. The love of people, it's beautiful ... It is serious, there is a terrible depth. We must go beyond the anecdote , clearing the quiet contemplation. "
Recognized for humanity flawless, attentive, caring and accomplice, Sabine Weiss has continued to track moments of life, capturing the man in his every move, attitudes, living conditions, offering us to contemplate the raw emotions joy, sadness, fear, surprise ...
It thus captures, in unprecedented way, within beings without ever one of his photos to be asked. "What interests me is the man, and to show what he has in him and make it appear in a very simple picture."
Natural, only natural, and made its share in relation to each other. She loves photographing as much purity of a child that the atmosphere of a city or the sweetness of a still life.

A lifestyle sensitive and poetic.

"I love this constant dialogue between me, my camera and my subject, which differentiates me from certain other photographers who do not seek dialogue and prefer to distance themselves from them."
It is with sobriety, simplicity, almost confidentially that own photographic art in Sabine Weiss lights, bursts and brightens. His work is marked by a small musical, poetic and sensitive litany.
Because for her, it remains important to "learn to do the simplest details (.) The detail that expresses all. The small gesture that explains the movement. The finger of decline that suggests the mood . the expression of the individual who speaks from the crowd. the infinitely small that tells the big one. the gaze of the other who says his anguish or joy. "
It therefore raises his gaze on looks she tracks down, revealing the human in his greatness and smallness, through a mischievous smile, a loving gesture, a fleeting emotion, frail and fleeting. "By illuminating, revealing poetry put to the heart of his fellows, Sabine Weiss gives a presence to the world, a country to his fellow brothers. His work is a journey all the world lines, beyond appearances and reasonable. Everything shivers of tenderness in his shots, he spends an empathy wind, woman caresses that fill a lifetime. "tell her writer Gil Pressnitzer. It will add this wonderful statement, alone summarizes and condenses all the art and the human scope of Sabine Weiss " We remember his photos as we remember the whispered words. A celebration dizziness people walking, children's dreams, comes up like balloons flying in a light spring of his images. So are opening many hidden corners of humanity. "
A great photographer. A beautiful person.

Sources

Official site : https://sabineweissphotographe.com/

Portfolio. Sabine Weiss, interview Karolina Ziebinska-Lewandowska in World of Photo, Special issue No. 36 of July 2018.

100 pictures of Sabine Weiss for press freedom Reporters Without Borders in December 2007

Sur net:

Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sabine_Weiss

The humanist path Sabine Weiss Julien Bordier in The Express July 8, 2018 https://www.lexpress.fr/culture/art/la-voie-humaniste-de-sabine-weiss_2020840.html

Sabine Weiss: "The lesson of the great photographers did not interest me" Valérie Duponchelle in Le Figaro June 24, 2018 http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2018/06/24/03015-20180624ARTFIG00123-sabine-weiss-la-lecon-des-grands-photographes-ne-m-interessait-pas.php
The Elysée Museum hosts Sabine Weiss archives Valérie Duponchelle in Le Figaro June 16, 2017: http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2017/06/16/03015-20170616ARTFIG00014-le-musee-de-l-elysee-accueille-les-archives-de-sabine-weiss.php
Portrait. Sabine Weiss, gentle eyes by Clémentine Mercier in Release June 29, 2016: https://next.liberation.fr/images/2016/06/29/sabine-weiss-les-yeux-doux_1462918

Sabine Weiss: "The humanistic picture, what is it? A photo with humans? " Frédérique Chapuis in Télérama June 25, 2016: https://www.telerama.fr/sortir/sabine-weiss-la-photo-humaniste-c-est-quoi-une-photo-avec-des-humains,144312.php

Portrait. Sabine Weiss: photographer Christine Coste in Le Journal des Arts June 8, 2016: https://www.lejournaldesarts.fr/creation/sabine-weiss-photographe-129283

The wide Sabine Weiss by Jonathan Raya in Paris Match November 14, 2014: https://www.parismatch.com/Culture/Art/Le-grand-angle-de-Sabine-Weiss-Francoise-Huguier-650956

Works art accessible:

artnet : http://www.artnet.fr/artistes/sabine-weiss/

Artsper : https://www.artsper.com/fr/artistes-contemporains/suisse/3729/sabine-weiss




Distinctions:

Knight of the Order of Arts and Letters in 1987

Officer of Arts and Letters in 1999

Knight of the Legion of Honor in 2010

Bibliography (selected pieces)

1980
intimate convictions By Claude Nori, Contrejour Publishing, France, 1989
1990
Giacometti Editions Fata Morgana, 1997
Children, Mary Nimier text Hazan Editions, 1997
2000s
Sabine Weiss sixty years of photography By Jean Vautrin and Sabine Weiss Éditions de La Martinière, 2003
Musicians town and country By Sabine Weiss, Gabriel Bauret and Ingrid Jurzak (Watermark Publishing), 2006

2010s
Sabine Weiss Co-edition Jeu de Paume / La Martinière, foreword by Marta Gili, text Virginie Chardin, June 2016
Future exhibitions Sabine Weiss
" Travel Sabine Weiss "
From 8 November 2018 to 12 January 2019, Maison des Arts du Léman
Opening reception, meeting and projection with Sabine Weiss Thursday, November 22 at 18:30 at the Théâtre Maurice Novarina, 4 bis avenue d'Evian, 74200 Thonon-les-Bains
Paris Photo 2018 : Tom Arndt, John Baldessari, Harry Callahan, Hervé Guibert, Ernst Haas, Rodolf Hervé Bernhard Hosa, Ray K. Metzker, Marvin E. Newman, Aaron Siskind, Val Telberg, Weegee, Sabine Weiss, Bruce Wrighton
8 to 11 November 2018
The next meetings and signatures with Sabine Weiss
Friday, November 9, 2018 at 16h at the Grand Palais, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris
Saturday, November 10, 2018 at 17:30 at the Grand Palais, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris

Eliott Erwitt
Virginia Rota, fotógrafa y artista visual

Related Posts

 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Thursday, 26 November 2020
If you'd like to register, please fill in the username, password and name fields.