Blog Arts

Desirée Dolron, aux frontières du réel et de l’imaginaire

Par Laëtitia Bartholome-The 3Nines Arts 

Desirée Dolron - Autoportrait

Pénétrons l'univers fabuleux et incroyable de l'artiste néerlandaise de 53 ans, Desirée Dolron, photographe qui considère que « la frontière entre réalité et fiction est ténue » et qui voue non seulement une véritable fascination pour une lumière pure, évocatrice des œuvres picturales des grands maîtres de tradition flamande, mais aussi pour le sacré et pour le mystère. Tentons de découvrir et de nous imprégner de tous les éléments constitutifs et fondateurs des surprenants mondes intérieurs de celle qui n'a pas son pareil pour capturer ce qu'il y a de plus profond dans tous les sujets qu'elle traque, retraduisant, toujours, à sa manière, des fragments d'elle-même.

Mettre en scène la perfection : une œuvre « performée », disparate, hypnotique


Entre illusion, artifice et réalité, de série en série, Desiree Dolron tisse un parcours singulier où « l'artiste devient l'intercesseur entre ce qu'elle photographie et l'image qui en résultera, cherchant à révéler l'impalpable, l'invisible, l'indicible. » (Claude Postel) Depuis l'âge de 16 ans, elle immortalise des scènes, des portraits, des lieux. « J'ai commencé à prendre des photographies de manière très organique, en photographiant mes amis, au naturel. » Même si aujourd'hui, son travail en studio prédomine, elle reste fortement et viscéralement attachée à la photographie documentaire (une monographie à ce sujet devrait d'ailleurs émerger en 2020).
Son œuvre, quant à elle, demeure controversée. Ses partisans et ses détracteurs s'affrontent, preuve que son œuvre très éclectique (« Je considère que chaque discipline est une extension de l'autre »), insolite, singulière et intemporelle, ne laisse pas indifférent mais suscite un débat construit.
Desirée Dolron dérange, bouleverse, fascine. Car ce mélange de candeur, d'austérité, de fraîcheur, d'opalescence, de douceur, de majesté, de mystère, d'étrangeté, d'envoûtement ou de ravissement extatique que ses images dégagent, n'est rendu possible et perceptible que par l'utilisation d'une technique bluffante et irréprochable. La photographe, excessivement patiente, concentrée et minutieuse, effectue, en effet, presque systématiquement, un impressionnant et très long travail numérique et expérimental de traitement des images. « Desiree Dolron se sert de la radicalité de l'image numérique pour prendre ses distances face au modèle, s'appuyant sur la rigueur du cadrage, la force de l'architecture et une lumière latérale, septentrionale et enveloppante. » (Claude Postel)
Sa série Xteriors est en ce sens emblématique et significative. Il y a dans ses portraits une dimension picturale et des références évidentes tels que la technique du sfumato de Léonard de Vinci, La leçon d'anatomie de Rembrandt qui cohabitent avec une technologie très évoluée sans pour autant que les images en soient de vulgaires pastiches. Car, « paradoxalement, grâce au modelage minutieux, pixel après pixel, des têtes d'Xteriors, nous pourrions, même mieux qu'auparavant, prendre conscience de l'artificialité des tableaux. » (Max Haworth-Booth)
En effet, « la manipulation numérique poussée à l'extrême que nous offre Xteriors engendre une résonance fascinante avec notre conscience accrue de la plasticité délibérée de la peinture. » (Max Haworth-Booth)

La question identitaire, en exergue dans ses portraits


Desirée Dolron se réapproprie les codes de la peinture du Nord pour mieux s'en détacher et les exalter. Sans rompre vraiment avec cette tradition picturale, elle la transcende et la dépasse. Une évanescence quasi impalpable et presque douloureuse se dégage de ses images. « J'aime à me dire que les visages apparaissent comme l'image sur la pellicule, je m'inspire principalement des peintres de la tradition flamande et de la technique du sfumato pour créer cette absence de frontière entre le visage et l'arrière-plan. »
Ainsi, la photographe parvient à créer des portraits si irréels, intrigants et équivoques qu'ils en deviennent poignants ou inquiétants ; elle nous livre et nous délivre des visages révélateurs de leurs côtés intimes et de leurs fors intérieurs. « Desirée Dolron perpétue et innove l'art du portrait s'appuyant sur la richesse du passé pour mieux révéler l'originalité de sa vision. » (Claude Postel) D'autant que « le visage est le seul lieu du corps qui ait partie liée avec le mystère (.) Quand il vit, le visage se dissocie du corps. Il ne lui appartient plus. » (Pierre Assouline)
Or, ce sont bien ses visions intrinsèques, ses interrogations sur le temps qui passe ou les évolutions d'une société en pleine mutation, ses rêves, ses troubles, ses doutes et ses émotions, que la photographe donne à voir, traque et immortalise. « Dans la pratique du portrait, qu'il soit photographié ou filmé, ce n'est pas un regard unique, mais deux regards qui s'expérimentent réciproquement (.) Il est question d'un rendez-vous mais aussi d'une négociation de deux désirs, celui du photographe et du photographié. » (Marie-Frédérique Hallin)
En esthétisant ses sujets, en nous immergeant et nous confrontant à une perfection sacrée, immaculée, belle tout autant qu'elle nous apparaît cruelle, Desiree Dolron nous ouvre les portes des multiples facettes de sa création mais surtout de sa personnalité et de son identité. « Je pense qu'on est constamment quelqu'un d'autre. Cela dépend d'avec qui on est, d'où on est et des situations dans lesquelles on se trouve. »

La lecture de l'oeuvre de Desirée Dolron, œuvre éminemment éclectique et controversée qui navigue entre travail documentaire et séries plasticiennes, requiert de toute évidence l'abandon de nos préjugés infondés face à une photographie « retouchée » qui ne serait pas considérée suffisamment « pure ». Par ses choix délibérés et assumés, la photographe remet en question notre propre vision et appréhension du monde. Car, indéniablement, « Desirée Dolron répond à un positionnement par rapport au monde. Des partis pris qui font d'elle tour à tour une observatrice, un témoin et une actrice à part entière du monde qu'elle photographie. » (Sophie Bernard) Pour autant, « les humains sont des humains. Sur le plan émotionnel, les gens sont les mêmes partout. » (Desirée Dolron) 

Sources autour de Desirée Dolron

Site officiel : https://www.desireedolron.com/

Page wikipedia de Desiree Dolron : https://fr.wikipedia.org/wiki/Desiree_Dolron

Grimm Gallery : https://grimmgallery.com/artists/desiree-dolron/

Biographie : https://www.desireedolron.com/sites/default/files/about/pdf/biography-desiree-dolron.pdf


Sur les réseaux sociaux :

Instagram : https://www.instagram.com/desireedolronstudio/


Dans la presse et sur le net :

Desirée Dolron, le 29 février 2019 dans Fashion and Photographers : https://fashionandphotographers.wordpress.com/2016/02/29/desiree-dolron/

A l'avant-garde : Desirée Dolron – Xteriors (2001-2008) par Delphine Neimon, le 7 septembre 2012 : http://www.theartchemists.com/a-lavant-garde-desiree-dolron-xteriors-ii-2001-2008/

Portraits classiques de Desirée Dolron, à l'ombre des peintre flamands dans Actuphoto, le 3 août 2012 : https://actuphoto.com/20214-portraits-classiques-de-desiree-dolron-a-lombre-des-maitres-flamands.html

Zoom photographe : Desirée Dolron, dans Phototrend, en août 2011 : https://phototrend.fr/2011/08/zoom-photographe-3-desiree-dolron/

Exaltation, Gaze, Interiors par Raphaël Brunel, le 12 janvier 2008 : http://www.paris-art.com/exaltation-gaze-xteriors-2/

L'esprit du Nord : Netherlands now par Jessica Todd Harper, le 12 janvier 2008 : http://www.paris-art.com/lesprit-du-nord-netherlands-now/

Desirée Dolron, la photo et son double par Claude Postel dans Connaissance des Arts, n°10 de novembre 2006/février 2007. pp. 50-55

Beauté glacée par Luc Desbenoit dans Télérama, n°2968 du 29 novembre 2006. p. 64
Desirée Dolron a longtemps retouché un de ses clichés pour le rapprocher d'un célèbre portrait. Et la douceur du modèle s'est muée en froideur.

Desirée Dolron, entre violence et sacré dans Artscape, 2006 : https://www.artscape.fr/desiree-dolron-entre-violence-et-sacre/


Des œuvres d'art accessibles :

Artprice : https://fr.artprice.com/artiste/141489/desiree-dolron

Artsy : https://www.artsy.net/artist/desiree-dolron

Artnet : http://www.artnet.fr/artistes/d%C3%A9sir%C3%A9e-dolron/


Distinction :

Lauréate du Prix de Rome en 1996

Bibliographie non exhaustive :

2017 :
Xteriors (2001-2015), Wim Pijbes, Charlotte Cotton, Hardcoover Book

2007 :
Hotel california, Desiree Dolron et Thomas Wrede, Hirmer Verlag GmbH

2006 :
Mark Haworth-Booth, Pierre Assouline, Desiree Doiron, Éditions Xavier Barral.
Desiree Dolron par Desiree Dolron, Terra Uitgeverij

2000 :
Desiree Dolron : Exaltation, Images of religion and Death, Laurens ten Kate, DDH Foundation, Netherlands

Expositions :

2018 :
Complex Systems, New-York : https://grimmgallery.com/exhibition/complex-systems/

2017 :
Pop-up Grimm, Bruxelles : https://grimmgallery.com/exhibition/pop-up-grimm-brussels/
Prelude : Forever Someone Else, Amsterdam : https://grimmgallery.com/exhibition/prelude-forever-someone-else-2/

2015 :
Paris Photo LA, Los Angeles : https://grimmgallery.com/exhibition/paris-photo-la-2015/

2014 :
Huidige Zaken, Amsterdam : https://grimmgallery.com/exhibition/huidige-zaken/

2013 :
Art Basel Hong Kong, Hong Kong : https://grimmgallery.com/exhibition/art-basel-hong-kong-2013/

Desirée Dolron, the borders of the real and the imaginary

By Laëtitia Bartholome-The 3Nines Arts 
©Desirée Dolron

Penetrate the fabulous and incredible universe of the Dutch artist, 53, Desirée Dolron, photographer considers that "the frontier between reality and fiction is tenuous" and dedicated not only a fascination for light clean, evocative pictorial works of the great Flemish tradition of masters, but also for the sanctity and mystery. Let's try to discover and soak up all the elements founders and surprising inner worlds of which is unparalleled to capture what is most profound in all subjects it stalking, retranslated, always in its own way, fragments of herself.

Bring out the perfection: a work "performée" disparate, hypnotic


Between illusion, artifice and reality series in series, Desiree Dolron weaves a singular path where "the artist becomes the intercessor between she-photographied and the image that will result, seeking to reveal the impalpable, the invisible, the ineffable. "(Claude Postel)Since the age of 16, she captures scenes, portraits, places. "I started taking photographs of very organic way, photographing my friends, naturally. "Even if her work in studio predominates, she remains strongly and viscerally attached to documentary photography (a monograph on this subject should also emerge in 2020).
Her work, meanwhile, remains controversial. Her supporters and detractors clash, proof that her eclectic work ( "I consider each discipline is an extension of the other"), unusual, unique and timeless, leaves no one indifferent but creates a built debate.
Desirée Dolron disturbs, disrupts, fascinates. For this candor mixture of austerity, freshness, opalescent, gentleness, majesty, mystery, strangeness, sorcery or ecstatic rapture that his images emerge, is made possible and perceptible by the use of bluffing and impeccable technique. The photographer, excessively patient, careful and concentrated, makes, indeed, almost always, an impressive and lengthy experimental work and numerical image processing. "Desiree Dolron uses the radicalism of the digital image to distance against the model, based on the rigor of the framing, the strength of architecture and a side light, northern and enveloping. "(Claude Postel)
Her serie Xteriors is in this symbolic and meaningful way. There is in his portraits a pictorial dimension and obvious references such as the technique of sfumato of Leonardo da Vinci, Rembrandt's Anatomy Lesson cohabiting with a very advanced technology without the images are vulgar pastiche. For, "paradoxically, thanks to the painstaking modeling, pixel after pixel, of the heads'Xteriors we could even better than before, aware of the artificiality of the paintings. "(Max Haworth-Booth)
Indeed, "digital manipulation pushed to the extreme that we offer Xteriors creates a fascinating resonance with our increased awareness of deliberate plasticity of painting. "(Max Haworth-Booth)

The question of identity, emphasized in his portraits


Desirée Dolron reclaims northern Paint codes to better detach and exalt. Without really breaking with the tradition of painting, she transcends and surpasses it. An evanescence almost impalpable and almost painful emerges from its images. "I like to think that the faces appear as the image on the film, I am mainly inspired painters of the Flemish tradition and sfumato technique to create this lack of border between the face and the back- plan. "
Thus, the photographer manages to create portraits so unreal, intriguing and equivocal that they become poignant and disturbing; it gives us and deliver us from revealing their faces and intimate sides of their domestic fora. "Desirée Dolron perpetuates and innovative portraiture drawing on the richness of the pastto better reveal the originality of his vision. "(Claude Postel) Especially as" the face is the only place in the body that is bound up with the mystery (.) When it lives the face dissociates body. It belongs no more to it. "(Pierre Assouline)
Now, those are its intrinsic visions, questions about the passing of time or changes of a changing society, dreams, problems, doubts and emotions, the photographer gives to see, stalking and immortalized. "In practice the portrait, whether photographed or filmed, it's not a unique look, but two looks that are experimenting reciprocally (.) There is talk of an appointment but also a negotiation two desires, the photographer and the photographed. "(Marie-Frédérique Hallin)
In aestheticizing her subjects, immersing us and confronting a sacred perfection, pristine, beautiful just as it appears to us cruel, Desiree Dolron opens the doors of the many facets of his creation but especially his personality and identity. "I think we constantly someone else. It depends on who we are, where we are and the situations in which we find ourselves. "

The reading of the work of Desirée Dolron eminently eclectic and controversial work that moves between documentary and visual artists work series, clearly requires the abandonment of our prejudices unfounded face a photograph " retouched "that would not be considered sufficiently" pure. " By his deliberate choice and paid the photographer questions our own vision and understanding of the world. For, undeniably, "Desirée Dolron responds to a position in relation to the world. The biases that make her turn an observer, a witness and a wholly actress in the world she photographs. "(Sophie Bernard) However," humans are humans. Emotionally, people are the same everywhere. "(Desirée Dolron)

Sources around Desirée Dolron:

Official site: https://www.desireedolron.com/

Wikipedia page of Desiree Dolron : https://fr.wikipedia.org/wiki/Desiree_Dolron

Grimm Gallery : https://grimmgallery.com/artists/desiree-dolron/

Biography : https://www.desireedolron.com/sites/default/files/about/pdf/biography-desiree-dolron.pdf


On RSS:

Instagram : https://www.instagram.com/desireedolronstudio/


In the press and on the web:

Desirée Dolron, February 29, 2019 Fashion and Photographers : https://fashionandphotographers.wordpress.com/2016/02/29/desiree-dolron/

At the forefront: Desirée Dolron - Xteriors (2001-2008) by Delphine Neimon, September 7, 2012 : http://www.theartchemists.com/a-lavant-garde-desiree-dolron-xteriors-ii-2001-2008/

Classic portraits of Desirée Dolron in the shade of Flemish painters in Actuphoto, August 3, 2012: https://actuphoto.com/20214-portraits-classiques-de-desiree-dolron-a-lombre-des-maitres-flamands.html

Zoom photographe : Desirée Dolron, in Phototrend, in August 2011 : https://phototrend.fr/2011/08/zoom-photographe-3-desiree-dolron/

Exaltation, Gauze, Interiors by Raphaël Brunel, 12 January 2008: http://www.paris-art.com/exaltation-gaze-xteriors-2/

Northern Spirit: Netherlands now Jessica Todd Harper, 12 January 2008: http://www.paris-art.com/lesprit-du-nord-netherlands-now/

Desirée Dolron, the photo and its double by Claude in Postel Knowledge of Arts, n ° 10 November 2006 / February 2007, pp. 50-55

Ice Beauty by Luc Desbenoit in TéléramaNo. 2968 of 29 November 2006. p. 64
Desirée Dolron has long touched one of his shots to approach a famous portrait. And the sweetness of the model has turned into coldness.

Desirée Dolron between violence and the sacred in Artscape, 2006: https://www.artscape.fr/desiree-dolron-entre-violence-et-sacre/


Accesible artwork :

Artprice : https://fr.artprice.com/artiste/141489/desiree-dolron

Artsy : https://www.artsy.net/artist/desiree-dolron

Artnet : http://www.artnet.fr/artistes/d%C3%A9sir%C3%A9e-dolron/


Distinction :

Laureate with Rome's Price in 1996

Bibliography not limited :

2017 :
Xteriors (2001-2015), Wim Pijbes, Charlotte Cotton, Hardcoover Book

2007 :
Hotel california, Desiree Dolron and Thomas Wrede, Hirmer Verlag GmbH

2006 :
Mark Haworth-Booth, Pierre Assouline, Desiree DoironÉditions Xavier Barral.
Desiree Dolron by Desiree Dolron Terra Uitgeverij

2000 :
Desiree Dolron: Exaltation, Images of religion and Death, Laurens ten Kate, DDH Foundation, Netherlands


Trade shows :

2018 :
Complex Systems, New York: https://grimmgallery.com/exhibition/complex-systems/

2017 :
Pop-up Grimm, Brussels: https://grimmgallery.com/exhibition/pop-up-grimm-brussels/
Prelude: Forever Someone Else, Amsterdam https://grimmgallery.com/exhibition/prelude-forever-someone-else-2/

2015 :
Paris Photo LA, Los Angeles: https://grimmgallery.com/exhibition/paris-photo-la-2015/

2014 :
Huidige Zaken, Amsterdam https://grimmgallery.com/exhibition/huidige-zaken/

2013 :
Art Basel Hong Kong, Hong Kong https://grimmgallery.com/exhibition/art-basel-hong-kong-2013/

RAÚL CANCIO, FOTOPERIODISTA, FOTÓGRAFO Y PERIODIST...
Jeanloup Sieff

Related Posts

 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
Saturday, 25 January 2020
If you'd like to register, please fill in the username, password and name fields.